• 10.2 ) Programme / Roman

    Très vite j’avais remarqué ces deux rockeuses qui se tenaient par la main. Elles avaient le genre trash-métal, mais plus ou moins je connais l’une d’elle qui a fait fortune en déposant des brevets de médicaments. Héritière d'un grand labo elle bénéficie aussi d'un très bon niveau de conscience. Je le savais précisément depuis quelques recherches sur les tissus humains artificiels, ces informations retranscrites sur un programme /roman sont destinées à l’extension d’une aventure prenant en compte des paramètres scientifiques dans le but de les incruster en urgence si nécessaire, des sortes de logiciels raccords. En tant que Nagual je suis obligé de posséder toutes sortes de protections, ma vie, mais aussi celles d’autres impliqués dans une séquence scénarisée en dépend, et je me dois de répondre d’eux. Rien n’a changé au fond depuis des temps éloignés comme avec les sorciers traditionnels encore bien vivants partout dans le monde. Ils ont leurs amulettes et objets de pouvoir, je les ai aussi, ce sont des programmes, du matériel high-tech ou chargés d’énergie selon des procédés personnels souvent, subtilisés à d'autres si nécessaire. Donc cela n’est pas si différent, mais en apparence bien sûr, parce qu’il m’est interdit d’utiliser la moindre technique sans un substrat cohérent gage de sa réalité physique. C'est un sort que j'ai eu le privilège de choisir, mesurant avec justesse les avantages et inconvénients des diverses voies s'offrant aux naguals. Celle de la Cohérence est d'ailleurs loin d'être la plus facile, elle nécessite la maîtrise des processus sur divers plans souvent antagonistes à commencer par ses propres pulsions, des sentiments les plus secrets, interdisant tout acte ne pouvant s'ouvrir rationnellement devant la raison. Ce qui ne signifie pas qu'il faille être cartésien pour utiliser cette voie, c'est bien plus complexe, m'en expliquer nécessiterait un exposé théorique de grande envergure au détriment de la séquence qui m'occupe et un pareil raisonnement de toute façon ne me convient pas. Je m'en remets alors pour l'exécution des scénarios à des protocoles compatibles avec l'écriture de ce nouveau genre littéraire. Comment faire autrement. Puisqu'il s'agit d'une écriture composite qu'il aura fallu inventer de toutes pièces pour rendre compte d'une réalité elle-même en demeure de s'auto-réaliser. Me défaisant ainsi de la tentation d'un esprit magique prisonnier de ses formules et recettes. Simple à romancer certes, mais inopérant et dur à contrôler dans le type d'environnement où se jouent les séquences. Ainsi faute d'un processus mental validant chaque proposition d'ordre matériel ou immatériel, l'histoire ne serait qu'une interminable suite de mots alignés bout à bout. Toute imagination s'effondrerait en folie irrationnelle. A la magie j'ai substitué le Corps du Vide et de l'Ancien, un acronyme destiné à contenir la vie et la mort, le déploiement du temps et son essence narrative, comme l'idée d'un Créateur malgré la vision dominante d'une fin des temps unique magistrat de l'éternité. Le jus des humains en sera le tribunal si nous rivalisons correctement avec l'impensé. Ainsi seulement j'ai pu me défaire du principe de réalité et accéder librement aux confins pour les observer puis les transgresser. ..

     

    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :