• 12.2 ) Blog-interface

    Shnouf envoie les Doors, The End. C'est beau, lancinant, ancien et éternel. Le lightshow fait tourner des ronds de couleur dans le sanctuaire des hommes-rêveurs, des pastilles roses, vertes, mauves, bleues, orange, belles comme du plastique tendre. Le stroboscope lui est vraiment d'époque, des flèches d'argent qui crament l'air saturée d'herbe au goût de réglisse, une fumée qui file en spirales graphiques vers les conduits d'aération. Ici les normes légales importent peu, le monde des hommes et des lois ne voyage pas le long de signaux électriques gérés par leurs consciences branchées aux générateurs terminaux, stockage des codes-barres et cerveaux numériques. Les flics et tout le système pénal possèdent un pouvoir dément, mais si on s'en tient à l'échelle brute du mystère, leur force est celle d'animaux dressés par les souffleurs de vie, les pompes sacrées des origines. Sans doute qu'elles étaient à l'action treize milliards et quelque d'années en arrière, mais le vrai mystère est d'un âge plus essentiel. La tension monte encore quand je propose du geste l'imploration des mémoires archaïques. Certains savent de quoi il s'agit. Ils lèvent les mains au plafond comme ils l'ont lu dans un vieux texte paru sur Nucléus, blog-interface greffé à l'Esprit dès l'avènement. Leurs implorations sont une suite d'associations libres sur le modèle de la psychanalyse. Chacun sort ses formules sorties de l'inconscient, mais cela n'a rien d'une cacophonie, c'est tout le contraire. La musique définie comme liturgie d'ondes imbriquées porte à l'insu des humains son secret profond. Elle relie les mondes matériels et immatériels, quoiqu’il s'agisse du même monde sinon l'un semble concret tandis que le second n'est accessible à la plupart que sous la forme d'émotions. Fussent-elles essence de volonté et pulsion de mort des guerriers. Un demi-cercle entoure le coin des platines devant lesquelles officie le nagual. Shnouf taille un boulot d'enfer en mixant du drum et basse synthétique sur des cults songs sixties seventies trempées de Lsd. Les cent-vingt témoins se remuent le cul en implorant leur propre mémoire de cracher une dose d'amour vital, le code générique de la race humaine fabriquée à partir de matière animale. ..

     

    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :