• 3.2 ) Le pouvoir du Nagual

    Henry posa le sac de courses, un rai de lumière rouge le touchait au visage. Ses gestes étaient empreints de lenteur, il en avait toujours été ainsi. Depuis sa fenêtre la cité et au-delà la ville avaient des relents fantomatiques. Des lignes radicales mais indécises, pareilles aux décors en surimpression des posters bon marché vendus dans les magasins de décoration. Son monde à ce niveau ressemblait à celui d’un tas de gens, d’un modernisme piteux et dont on ne voit pas très bien comment il pourrait évoluer un jour. Alors mon titi.. il fit quand son chat tigré rappliqua. T’as passé une bonne journée, mon p’ti pote préféré.. Le chat miaula et se gratta le cou tandis que son maître lui ouvrait une boîte dont s’échappa un fumet douçâtre. Puis il se fit un café tout en déplaçant diverses choses dans le petit appartement, ses gestes lents avaient une connotation maladive comme émanant d’un cerveau paresseux, mais l’enchainement des actions avait la beauté d’une chorégraphie chinoise. Henri s’approcha de la baie vitrée et fixa la ville au loin, il voyait des murs et des lumières, des routes où filent des flots de voitures transportant des unités organiques, des âmes sans vie, de simples programmes énergétiques. Sa journée de travail était finie, un job adapté dans des serres qu’on lui avait refilé du fait de son handicap. Et il pensa à sa famille d’adoption au bout de la métropole, qu’il ne revoyait qu’une ou deux fois dans l’année pour les grandes occasions. A Maude qui parait-il devait bientôt se marier, et à la fois où il avait cloué le bec de Jason transformant ses doigts en autant de lombrics. T’as trop bu de mousseux Jason.. il lui avait fait en lui tapotant les joues assis par terre à ses côtés, Jason était Ko.. C’était un soir de noël, et il avait dérogé à une règle d’airain des sorciers cosmiques, ne pas mélanger les mondes. Mais son bénefactor ne lui en voudrait pas. Une forfanterie vénielle. Les aventures du Nagual sont des combats à mort, rien à voir avec Harry Potter, même si parfois de vagues ressemblances peuvent émerger. Ce qui est normal après tout puisque l’imagination est recyclée indéfiniment dans la structure générale et quantique du monde. Ce que savent tous les voyants et les sorciers, les grands Anciens comme des héros imaginaires passés dans l’inframonde, l’énergie subdivisée du réel. La vérité se résumant à une suite d’adaptations et de réalités infinies mais il existe des millions de théories pour le démontrer, toutes aussi valables elles s’auto-détruisent dans l’univers des consciences. De toute façon Jason méritait pis que ça, y compris de se pendre avec sa propre cravate. Heureusement pour lui Henry contenait les sentiments négatifs, le pouvoir du Nagual le rendait humble, établissait l’équilibre. .. .

     

    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :