• 9.2 ) Welcome to paradise

    Les cent-vingt témoins suffisent à donner de l’allure à la soirée. Des mecs et des girls de leur temps. Quoiqu’une partie a surement l’âge requis pour servir de géniteurs à l’autre, ils ont une allure impeccable. Nul n’y déroge, pas l’ombre d’un cave à l’horizon, ceux qui ont monté le show connaissent le truc. Le Woodstock je l’ai déjà souligné, tient du mix parfait. Sombre et rose en même temps. Une sorte de monde idéal incrusté dans une séquence de très haute qualité. La terre on le sait, est entrée en récession spirituelle sans l’ombre d’une définition mentale comme si plus aucune pensée collective ne pouvait la redessiner. Une sorte de big-crunch rapide autant esthétique que moral. Ce qui d’une certaine façon parvient à s’expliquer. Elle a déjà imaginairement rétréci de moitié. Bien sûr le numérique et les connexions ont tout chamboulé et mis en l’air, c’est justement le grand paradoxe. Les humains en foule n’ont jamais paru aussi déboussolés, depuis que le progrès leur tombe en grosses bouchées toutes cuites dans la bouche. Ils en perdent le sens des mesures, comme de courir dans tous les sens d’un continent à l’autre, polluant et saccageant tout sur leur passage sous prétexte de découvrir le monde, courir, voyager, polluer ; quand le minimum d’authenticité que les professionnels du tourisme peuvent encore offrir à leurs clients relève d’un mauvais folklore aussi réel qu’un sabre en plastique mou. Alors on peut prétendre qu’une sorte d’apogée a été atteinte et dépassée, d’où l’envie de mourir et renaitre avec des neurones différemment reconnectées pour les plus audacieux et les vrais désespérés. Nous en reparlerons. En attendant c’est presque déjà le début du show une espèce d’aventure ou le risque est à la mesure du courage et de l’envie d’en finir dans la joie. Brit à la porte vérifie les invitations et accueille les témoins. Chacun au bas de la passerelle semble affranchi et lui envoie un texto qui est le diagramme de son profil aussitôt l’écran du portier s’éclaire, il est seul juge de la qualité aléatoire du texte. N’empêche que ça tourne rond et nul n’est refoulé, aucun touriste ou clando en vue pour semer le doute, tous d’une manière ou d’une autre ont quelque chose à donner pour le salut de Tix et Lame coincés dans un repli de l’inframonde. Le compte est positif c’est le bon public. Bienvenu chez toi.. leur fait Brit quand il s’écarte du bas de la passerelle. Un néon vert dans la nuit marine vient de s’allumer. Welcome to Paradise… les affranchis visent le néon au-dessus du store de l’entrée et ricanent. Ils connaissent la formule qui brille comme leur peau dans la nuit crapoteuse. Je préviens.. cinq minutes maxi et on ferme les portes.. secouez-vous les gars.. fait Brit qui sent monter l’énergie comme une vague haineuse. ..

     

    .


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :